Rechercher
  • Eric Cobast

Jamais sans mon Wikipedia...

Publié le 22 août 2018


Jamais sans mon Wikipedia… (pour m’inscrire dans le sillage du billet d’Isabelle Barth)


Mes souvenirs de Percy B. Shelley remontent à l’hypokhâgne : H4 où mon professeur de littérature anglaise  (l’inoubliable Mister Marette  ) nous faisait traduire des extraits de Alastor, or the spirit of solitude, poème surprenant dont je n’avais jamais entendu parler au lycée. J’avais appris depuis que ce poète romantique, ami de Byron et de Keats, avait épousé une très jeune Mary, auteure du génial Frankenstein dont la lecture en VO fut un de mes vrais bonheurs d’étudiant.


 Et puis cet été, suddenly,  il y  eut ce film de l’étonnante réalisatrice saoudienne al-Mansour . J’y apprends que la jeune Mary était la fille du philosophe anarchiste William Godwin. Je saisis immédiatement à la sortie du cinéma mon smartphone et cap sur wikipedia…Fille de Godwin, certes mais aussi de Mary Wollstonecraft, une des premières « féministes », auteure notamment d’une « Défense des Droits de la Femme », maîtresse du peintre gothique Fusili, auteur du célèbre « Cauchemar »…Ainsi de corrélat en corrélat, de lien en lien, se tisse une toile de connaissances et de références, accessibles d’un clic, une chaîne de cohérences immédiatement tressées. C’est la réalisation instantanée de l’Encyclopédie, le savoir tourne en boucle en décrivant des cercles de plus en plus larges. Aurai-je eu la patience et la mémoire nécessaires pour attendre le retour à ma bibliothèque ? Certainement pas. Le plaisir est aussi dans la rapidité avec laquelle ma curiosité a été satisfaite. D’ailleurs Wiki en « hawaïen » ne signifie- t’il pas « vite », « rapide » ? (certains préfèrent y lire l’acronyme de « What I know Is… », ce qui me va tout aussi bien…)


Vivent Wikipedia , et son cousin Wikisource qui me donne tout aussi rapidement et gratuitement accès à tous les textes littéraires libres de droits…J’aurais donc eu, en sortant de la salle de spectacle,  la possibilité de relire dans l’instant le commencement du « Prométhée moderne » de Mary ou bien celui « unbounded » de son époux !


Certes la fiabilité scientifique de cette Encyclopédie collaborative n’est pas totale et l’ouvrage est en constante reprise…toutes les sources ne sont pas vérifiées…Mais tout de même, y a-t -il une question qui n’y trouve un début de réponse ?


Wikipedia me libère de l’obligation de savoir pour me ramener à celle de comprendre.


Les liens sont vite établis et le sens fuse. Ce souffle de liberté qui fait tourner les pages du roman de Mary trouve son origine dans sa formation, son ascendance tout autant que dans sa fréquentation intime de ces monstres des lacs que furent « those gloomy wanderers » qui arpentaient la lande échevelés et mystiques.


Que tout cela me soit presque donné dans l’immédiateté d’un clic grâce à une cinéaste dont je sais grâce au même Wiki qu’elle est saoudienne mais qu’elle vit aux Etats –Unis, épouse d’un diplomate américain et quand dans le même temps Twitter m’apprend que la militante des Droits de l’Homme Israa al Ghomgam a peut-être été décapitée à Ryad dimanche dernier…


Internet nous donne évidemment une plus grande et plus riche intelligence du monde dans lequel nous vivons, comme de celui d’où nous venons.

49 vues